LE PHOTOGRAPHE IGNORANT — §XIII

L’Homme insuff­isant

PI-PLANCHE-19A l’évidence, on ne se rend compte d’une sen­sa­tion que lorsqu’elle fran­chit un cer­tain seuil: celui où elle est remar­quée! Acte de dis­tinguer quelque chose, d’apercevoir, que Leib­niz a bap­tisé per­cep­tion de la per­cep­tion: “aper­cep­tion“. La lumière n’est pas un débit con­stant et régulier de pho­tons. Elle varie con­tin­uelle­ment selon l’inclinaison rel­a­tive de la terre, les con­di­tions cli­ma­tiques et envi­ron­nemen­tales, mais aussi du fait même de son irrégu­lar­ité pro­pre [les pho­tons voy­a­gent par paquets!]. C’est notre heureuse inca­pac­ité phys­i­ologique à ne pou­voir saisir ces micro-modulations qui rend pos­si­ble une approche har­monieuse du monde. Au même titre que l’oreille —pour repren­dre l’exemple bien connu de Leib­niz*— ne peut percevoir le bruit d’une unique goutte d’eau dans celui de la vague en ayant con­science de le faire. C’est bien à cette insuff­i­sance sen­sorielle, cette infir­mité, que l’on doit l’impression de con­ti­nu­ité et de régu­lar­ité sans laque­lle la folie nous prendrait. Dirions-nous que la con­science est une ter­ri­ble malé­dic­tion ou qu’elle ne serait même qu’une illu­sion ? Il n’est pas que des cyniques pour se poser la ques­tion. Les neu­ro­bi­ol­o­gistes affir­ment que la con­science ne nous donne jamais accès à une sen­sa­tion brute mais seule­ment à une recon­struc­tion habile du monde extérieur. Le monde tel que la rétine le perçoit, serait illis­i­ble s’il n’était pas décodé par le sys­tème neu­ronal. D’innombrables petites affec­tions —qui con­stituent l’arrière-plan indis­tinct de toute per­cep­tion con­sciente— altèrent con­tin­uelle­ment le psy­chisme. Elles l’aiguillonnent. Mais les per­cep­tions remar­quables vien­nent par degrés. C’est cette con­science que Leib­niz situe comme à l’intérieur d’un champ d’épineux. Le philosophe alle­mand com­pre­nait très bien qu’il fal­lait faire la dis­tinc­tion entre les affec­tions que les êtres sen­tant remar­quent et celles dont ils ne se ren­dent pas compte: d’où la dif­férence, chez lui, entre petites et grandes perceptions.

QUELLE EST CETTE IMAGE ? [016]: Mer soulevée par le Mis­tral. Les Goudes. France

Suite par: http://www.numilog.com/363742/Le-Photographe-ignorant.ebook

* Math­é­mati­cien, his­to­rien et philosophe alle­mand né à Leibniz.

This entry was posted in Art de voir, Book, Livre, Philosophie, Photographie, Photography, Reflexion. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>