LE PHOTOGRAPHE IGNORANT — §X

L’expression du temps

PI-PLANCHE-16haureurLa pra­tique pho­tographique réclame de faire advenir quelque chose en soi pour exprimer au mieux un ressenti: faire expres­sion d’une sen­sa­tion. Nous pour­rions ainsi dire que “le pho­tographe dépose ses rêves sur les choses“. Il dégage, ce faisant, une intu­ition orig­i­nale de l’instant qui, a en croire Gas­ton Roup­nel*, est la vraie réal­ité du temps. Le Pro­fesseur nous enseigne que la durée n’est qu’une con­struc­tion sans aucune réal­ité absolue, faite de l’extérieur, par la mémoire qui veut rêver et revivre. Le pho­tographe igno­rant voit que le temps n’est pas une durée uni­forme répon­dant à des principes math­é­ma­tiques, mais une jux­ta­po­si­tion de moments, plus ou moins intenses, plus ou moins mémorables, relat­ifs à la flex­i­bil­ité des humeurs. Il sait l’instabilité des choses. Comme un chant est une suc­ces­sion de notes dis­con­tin­ues, une vie est une suc­ces­sion d’instants vari­ables. Divis­i­ble à l’infini, le présent nous échappe per­pétuelle­ment. Il se rapetisse au fur et à mesure qu’on cherche à le délim­iter. Est-il sec­onde, dix­ième, cen­tième ou mil­lième de sec­onde? Que pourrait-il être d’autre qu’une con­science vécue, une spécu­la­tion? La prise de vue con­forte cette intu­ition selon laque­lle on ne se sou­vient pas d’avoir duré mais seule­ment d’avoir été. Rien n’est per­ma­nent, sauf le change­ment signe Hér­a­clite par sa mémorable for­mule**. Nous sommes pris dans le mou­ve­ment, en équili­bre insta­ble entre sou­venirs et pro­jec­tions, ver­sant tan­tôt dans le passé tan­tôt dans le futur. Le présent est indéfini, le futur n’a de réal­ité qu’en tant qu’espoir présent, le passé n’a de réal­ité qu’en tant que sou­venir présent, reprend à son compte Jorge Luis Borges à la suite de l’évêque d’Hippone. Autrement dit par Hume, il n’y a pas de sens à penser le temps en lui-même, puisque qu’il n’est rien d’autre que l’effet sub­jec­tif et illu­soire de la rareté ou de la mul­ti­plic­ité de nos expéri­ences. L’ici et main­tenant est lié à la seule con­science de l’instant découpé dans l’extension.

QUELLE EST CETTE IMAGE ? [013]: Univers de reflets sur un bronze de Marc Quinn. Grand canal de Venise. Italie

Suite par: http://www.numilog.com/363742/Le-Photographe-ignorant.ebook

* His­to­rien français, pro­fesseur à l’Université de Dijon. / ** “L’on ne saurait entrer deux fois dans le même fleuve”

This entry was posted in Art de voir, Book, Etonnement, Exhibition, Exposition, Livre, Philosophie, Photographie, Photography and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>