LE PHOTOGRAPHE IGNORANT — §XX

Un faire savoir

PI-PLANCHE-26Si l’image n’est pas la réal­ité elle-même, établit-elle du moins une réal­ité. Elle fait appa­raître! L’image d’une pipe n’est certes pas une pipe comme l’instruit Magritte mais con­firme qu’une pipe est une pipe et d’autant plus pipe qu’elle sera vue au plus proche de la vision ini­tiée par l’artiste! C’est le sens fig­uré qui est le vrai sens, le sens le plus haut en vérité démi­urgique, alors que le sens pro­pre n’est qu’un petit sens com­mun, et quelque­fois un non sens assure Gilbert Durand*. Si la photo ne pro­cure à l’individu que l’illusion de pou­voir s’accaparer le monde, elle lui donne au moins la chance de s’y inscrire et en défini­tive d’y affirmer sa présence. D’y fig­urer. Il peut, par là même, avoir la con­vic­tion d’en pou­voir capter ce qu’elle a de plus vrai alors qu’il la révèle, la fab­rique tout en se fab­ri­quant lui même. Par­o­di­ant Mon­taigne, chaque faiseur d’image pour­rait dire: je n’ai pas plus fait ma photo que ma photo ne m’a faite. A défaut d’être un savoir, l’image pho­tographique est, au moins, un faire savoir. Approx­i­ma­tive comme représen­ta­tion, aboutie en tant qu’œuvre, elle donne le sen­ti­ment d’être. Alors que le sou­venir est, par déf­i­ni­tion, virtuel, la photo est tou­jours actuelle, évoca­trice d’un passé présent. Affir­mant la réal­ité du sou­venir, elle atteste l’existence. Mieux qu’une évoca­tion la photo est une trans­mu­ta­tion. Plus qu’une imi­ta­tion elle est un renou­velle­ment. Elle réor­gan­ise l’univers en images. Elle offre aux choses une sec­onde chance d’être perçues. Une chance apaisée, amor­tie, acces­si­ble parce que décon­nec­tée des pres­sions de l’instant qui ren­dent sou­vent la réal­ité insai­siss­able ou con­fuse ou seule­ment impré­cise par le fait même que nous soyons à la fois acteur et spec­ta­teur, exposé aux vicis­si­tudes de l’instant. Si la photo n’isole qu’un seul aspect de la réal­ité, permet-elle au moins de l’observer à loisir. De s’en bercer.

QUELLE ESR CETTE IMAGE ? [023]: Jarre de céramique en bor­dure d’un canal. Venise. Italie.

Suite par: http://www.numilog.com/363742/Le-Photographe-ignorant.ebook 

This entry was posted in Art de voir, Etonnement, Livre, Philosophie, Photographie, Reflexion, Voir. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>