LE PHOTOGRAPHE IGNORANT — §XVIII

La vérité du voir

PI-PLANCHE-24Le vis­i­ble est réver­béra­tion. Le sur­gisse­ment d’un ray­on­nement de lumière blanche éclaté en couleurs par la ren­con­tre avec un sup­port polar­isant. La photo ne peut jamais capter que cette décom­po­si­tion. Elle ne saisit de l’objet que ce que la lumière veut bien lui accorder. Elle fixe le “volatil“ de la façon dont les alchimistes entendaient fixer le spir­ituel! Elle est épiphanie [appari­tion man­i­feste de la lumière]. Si l’image est hal­lu­ci­na­tion, c’est néan­moins en ce vis­i­ble là, immé­diat et ful­gu­rant, qu’on pour­rait trou­ver la vérité de la per­cep­tion qui est la vérité du voir qui est la vérité de la con­science [vue par Berg­son comme don­née immé­di­ate]. Entendu qu’avant la réflex­ion —regardée en tant que man­i­fes­ta­tion de l’esprit— et pour la ren­dre pos­si­ble, il faut la réflex­ion — vue comme per­cep­tion physique. La pho­togra­phie favorise la jonc­tion entre ces phénomènes. Présente et fugi­tive, elle englobe man­i­feste et insai­siss­able dans une réal­ité particulière, révélée par la per­cep­tion et com­prise dans l’expérience. Elle pour­rait bien toucher à une essence des choses si, comme le conçoit Edmund Husserl, l’essence d’une chose n’est rien que la façon dont ce quelque chose se donne. Cela fait de la photo le point d’articulation entre le perçu et le conçu, le lieu où l’intuition s’offre à la réflex­ion. La pho­togra­phie s’en tient là, prudem­ment, en réserve des con­cepts, des for­mules, des théorèmes… de toutes les doc­trines dans lesquelles les philosophes s’efforcent générale­ment d’envelopper le monde, de le met­tre “hors cir­cuit“. L’interprétation que pro­pose la pho­togra­phie est d’une autre nature. Plutôt que de résoudre, elle se con­tente de révéler. Elle fait appa­raître l’inattendu. Elle est sur­ve­nance. Permet-elle aussi d’accéder à un enten­de­ment des choses pro­pre à cha­cun et rad­i­cale­ment opposé à celui de penseurs qui, dans leur infinie intro­spec­tion, ambi­tion­nent d’aboutir à une con­clu­sion uni­verselle et irréfutable!

QUELLE EST CETTE IMAGE ? [021]: Ligne jaune sur le bitume d’une route au Québec. Canada.

Suite par: http://www.numilog.com/363742/Le-Photographe-ignorant.ebook 

This entry was posted in Art de voir, Etonnement, Exposition, Philosophie, Photographie, Photography. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>