LE PHOTOGRAPHE IGNORANT — §XIX

L’instant exem­plaire

PI-PLANCHE-25.p46La pho­togra­phie est chaque fois une coïn­ci­dence [simul­tanéité entre le sujet et l’objet] telle que, dans l’étendue spatio-temporelle, la vision la capte et, par ce choix, affirme, en emprun­tant le terme à Kandin­sky, une réson­nance spir­ituelle pro­pre à refléter l’esprit des pos­si­bles. Cette coïn­ci­dence, tenue par Nico­las de Cues pour celle des con­traires [simul­tanéité du posi­tif et du négatif], touche, pour lui, à l’unité essen­tielle de toutes choses. Engage t-il aussi à renon­cer au savoir rationnel au profit de l’étonnement. Non pas dis­courir, mais admirer! La coïn­ci­dence des opposés mar­que ainsi le retourne­ment de la dom­i­na­tion his­torique du cerveau gauche sur le cerveau droit, de la parole sur l’image, de la méfi­ance sur la croy­ance. L’appareil photo pour­rait, à cette con­di­tion, être un canal apte à trans­met­tre l’esprit des choses plutôt que leur état matériel. Revis­i­tant les paroles de George Sand sur l’art, on pour­rait induire que la pho­togra­phie n’est pas une étude de la réal­ité pos­i­tive mais une recherche de la vérité idéale. Pen­sée délibérée pour l’un, instinc­tive pour l’autre, tan­dis que le pein­tre déploie son œuvre dans le temps, hési­tant tou­jours, la reprenant sou­vent, le pho­tographe s’applique, entre mille hypothèses, à dégager une image unique, déclenchée dans la ful­gu­rance de l’instant. Le pho­tographe se doit de saisir [ou d’approcher autant que pos­si­ble] la divine intu­ition qui, appuyée sur le passé et penchée sur l’avenir —selon les ter­mes de Henri Berg­son — , con­stituerait l’instant exem­plaire. Celui où, réduisant spon­tané­ment la quan­tité d’informations à traiter à l’essentiel, une com­préhen­sion immé­di­ate sem­ble jail­lir de la pro­fu­sion. Man­i­fes­tant sa con­fi­ance dans une cer­taine évidence des choses, le pho­tographe igno­rant verse néces­saire­ment du coté des idéal­istes, plus exacte­ment des idéal­istes sub­jec­tivistes. Il plaque ses représen­ta­tions sen­si­bles sur les apparences matérielles. Le monde est à son image!

QUELLE EST CETTE IMAGE ? [022]: Brasier pour chauf­fer les pierre d’une sweat­lodge. Saskatchewan.Canada.

Suite par: http://www.numilog.com/363742/Le-Photographe-ignorant.ebook 

This entry was posted in Art de voir, Livre, Philosophie, Photographie, Photography, Reflexion, Voir. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>