LE PHOTOGRAHE IGNORANT — §XV

Champs mor­phiques

PI-PLANCHE-21.pSe pourrait-il que l’objet puisse agir directe­ment sur l’âme humaine, l’impressionner par une sorte de force sen­si­ble, un flux nommé désir? Le monde extérieur s’imposerait-il par une volonté hyp­no­tique? Le dehors nous investit assuré­ment. C’est la lumière, là-bas, qui entre en nous, non le regard qui porte [comme on le dit]. Elle est le principe révéla­teur. Le monde des formes ne pour­rait par lui-même attirer notre atten­tion s’il ne rece­vait par ailleurs une mise en évidence. On se sou­vient de la remar­que de Gœthe à Schopen­hauer: Vous ne seriez pas là si la lumière elle-même ne vous voy­ait! La lumière est l’énigme de notre regard. Ce qu’il faut voir, c’est ce qui nous fait voir. C’est bien parce que la lumière fut qu’il y a l’œil. Agis­sant par la lumière et dans la lumière, la pho­togra­phie capte des images de la vie. Elle souligne ce qui n’existe que par un hasard fur­tif de con­jonc­tions. Elle fait trace de ce qui n’est peut être qu’une illu­sion, du rien qui bouge comme l’envisage Patrick Buren­steinas*, une vapeur évanes­cente comme le dit Niet­zsche. Elle donne du crédit au mirage. Elle atteste l’illusion en retenant l’instant. Mais pour les physi­ciens “rien“, ça n’existe pas. Le vide n’est pas si vide. Il occupe une fonc­tion essen­tielle. Il est l’essence de toutes choses. Pour le doc­teur en biolo­gie Rupert Shel­drake, l’espace abonde de champs organ­isa­teurs [qu’il dit quan­tiques ou mor­phiques] qui con­stituent la réal­ité fon­da­men­tale. Indépen­dants de la matière, ils sont comme des champs d’information [sortes de logi­ciels sans sup­port]. L’âme du monde de Pla­ton? L’éther d’Aristote? La Forme des formes de Thierry de Chartres, L’essence éter­nelle de Nico­las de Cues, Le Tout vivant de Gœthe? Le Grand Vivant de Berg­son? La force d’aimer de Lamar­tine? Le réseau tel­lurique de Hart­mann? Ou encore le icloud de Steve Jobs? Depuis tou­jours —et con­tre toute évidence— l’homme veut croire à l’existence d’une res­pi­ra­tion invis­i­ble, un enveloppe­ment orig­i­naire, qui l’associerait de façon tran­scen­dante à un cos­mos vivant.

QUELLE EST CETTE IMAGE ? [018]: Gros plan de lames de couteaux sur le marché aux pois­sons de Tsuk­iji. Tokyo. Japon

Suite par: http://www.numilog.com/363742/Le-Photographe-ignorant.ebook

* De la Matière à la Lumière. Édit Le Mer­cure Dauphinois.

This entry was posted in Art de voir, Book, Etonnement, Livre, Philosophie, Photographie, Photography, Reflexion. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>